Publié le 09/08/2019 à 08:20 / Jean-Marc Emprin

Climat mondial



L'évolution du climat va dégrader la qualité des sols et l'alimentation de la population mondiale.

Dans un nouveau rapport présenté officiellement le 8 août, le Giec démontre les rapports étroits et pernicieux entre sécurité alimentaire, dégradation des sols et changement climatique, et appelle à «des politiques coordonnées sur la gestion des sols». Réalisé par 107 auteurs qui ont analysé plus de 7000 études, un «résumé pour décideurs» de ce rapport a été adopté par les états membres du Giec le 7 août. Les scientifiques décrivent la mécanique suivante : le réchauffement climatique «menace la sécurité alimentaire» en amplifiant la «dégradation des terres», ce qui réduit en retour le potentiel de stockage de carbone du sol. Le système alimentaire, lui-même, est «responsable de 30% des émissions de gaz à effets de serre» et met une «pression grandissante» sur les sols, en lien avec l'augmentation de la population et de la consommation mondiale, constatent les scientifiques. Cette «pression» dégrade d'ores et déjà les sols, avec une érosion de «10 à 100 fois plus rapide que leur reconstitution», et des terres arides qui s'étendent de «1% chaque année». La dégradation des sols liée au réchauffement climatique (pluies intensives, sécheresses...) aura des conséquences sur la «production» et la «qualité nutritionnelles des aliments».

Menace la sécurité alimentaire de certaines régions

La sécurité alimentaire de certaines régions, notamment en «Afrique, Asie, Caraïbes et Amérique du Sud» est menacée par la dégradation des sols causée par le changement climatique, alerte le Giec dans son rapport sur les liens entre réchauffement climatique et gestion des sols, rendu public le 8 août. Pour éviter ces scénarios, les chercheurs préconisent de lutter contre le gaspillage alimentaire, alors que «près d'un quart de la nourriture produite est perdue ou gaspillée». Ils appellent également à privilégier des «régimes alimentaires équilibrés», basés sur «des végétaux», et des «produits animaux produits de façon durable». Un «ralentissement de l'augmentation de la population» et une «diminution des inégalités» sont également mentionnés par le Giec. Enfin, les scientifiques mettent l'accent sur la nécessité de freiner la déforestation et d'encourager des politiques de reboisement.

Mots clés : GIEC RAPPORT SCIENTIFIQUE DEGRADATION CLIMAT
Publicité
Annonces légales